Présentation du projet

Entre le web, les réseaux sociaux en ligne ou encore les différentes initiatives de numérisation massive de livres ou d’archives, nous vivons dans un monde de données. Ces données sont les sources primaires présentes et futures des sciences historiques et, plus généralement, des sciences humaines et sociales. Toutefois, l’enseignement, notamment en histoire, n’a pas encore pris pleinement mesure des nouvelles méthodes à introduire auprès des étudiant.e.s. L’accès à la matière première des chercheurs – mais c’est également le cas pour de nombreux métiers ouverts aux étudiant.e.s en sciences humaines et sociales – se fait de plus en plus via une interface informatique, de la recherche à l’analyse et l’interprétation d’une documentation. Il devient ainsi de plus en plus nécessaire de faire appel à des méthodologies dites de « lecture distante », permettant de collecter et d’interpréter, via l’ordinateur, des données massives.

Ce projet a pour but d’implanter à l’université de Lausanne une méthode issue de mon expérience de recherche, méthode d’enseignement de l’histoire numérique qui ne sépare pas la démarche historique des outils numériques d’une part et qui prend en compte certains éléments mis en avant dans la littérature spécialisée, notamment l’organisation du travail des étudiant.e.s par projet, le recours au travail collaboratif et en groupe et le recours à l’interdisciplinarité.

Cette méthode d’enseignement permettra de répondre à la difficulté majeure rencontrée classiquement au cours des enseignements « numériques » en Lettres. Mon expérience d’enseignement montre que beaucoup d’étudiant.e.s, en histoire notamment, pensent que les méthodologies issues des humanités digitales soit sont techniquement hors de leur portée, soit ne les concernent pas.

En mettant la démarche historienne au coeur de ce projet, en poussant les étudiant.e.s à élaborer, sur un mode collaboratif, leur projet à partir d’une question de recherche qui les intéresse et qui nécessite de collecter des données importantes en ligne, cette méthode démontrera aux étudiant.e.s qu’il est nécessaire d’embrasser ces outils d’une part ; que l’usage de certains de ces outils est à leur portée d’autre part.

Ce projet est soutenu par le FIP (Fond d’Innovation Pédagogique) de l’Université de Lausanne. Plus d’infos : https://www.unil.ch/fip/fr/home.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.